Vendredi 22 Juin 2018
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

Yémen : la crise politique et sécuritaire s’intensifie‎

Au Yémen, la crise sécuritaire et politique monte d’un cran : l’opposition ‎durcit ses protestations, les forces gouvernementales intensifient la ‎répression des manifestations populaires et certaines sources ‎d’informations font part de la fuite du président de Sanaa. La chaîne  ‎Russia Today a annoncé mardi que le président yéménite, Abd Rabbo ‎Mansour Hadi, aurait quitté la capitale Sanaa à une destination inconnue. ‎En même temps, certaines sources d’informations ont annoncé que le ‎président se trouvait encore dans le palais entouré par de violents ‎affrontements opposant la Garde présidentielle aux forces d’Ansarallah. ‎Sur le plan politique, Hamzeh Al-Houthi, membre du Conseil politique ‎d’Ansarallah, a déclaré que les forces de ce mouvement populaire ‎n’entendaient pas écarter Mansour Hadi du pouvoir et que les ‎affrontements avaient été déclenchés sur fond des tirs de la Garde ‎présidentielle vers les forces d’Ansarallah. Mardi soir, les forces ‎d’Ansarallah ont pris le contrôle du palais présidentiel à l’issue d’âpres ‎affrontements avec les forces gouvernementales. Le leader d’Ansarallah, ‎Abdelmalek Al-Houthi, a précisé que ses forces protégeaient le palais ‎présidentiel pour prévenir le pillage des armes et des munitions qui s’y ‎trouvent. Il a souligné que ses forces n’entendaient pas dominer le palais. ‎En parallèle, le Conseil politique du mouvement d’Ansarallah balaie d’un ‎revers de main toute tentative visant à lancer un coup d’état contre le ‎président au pouvoir. Mardi, le président du Yémen Abd Rabbo Mansour ‎Hadi et les miliciens Houthis ont conclu un accord de sortie de crise après ‎plusieurs jours de violences meurtrières dans la capitale. Selon ‎Mohammad Al-Bakhiti, un responsable d’Ansarullah, le non-respect par ‎le gouvernement yéménite et certains groupes politiques du contenu de ‎l’accord de paix est à  l’origine de la poursuite de la crise au Yémen. « La ‎situation prévalant au Yémen n’est plus supportable. Il revient au ‎gouvernement de mettre en application ce qui a été agrée dans l’accord de ‎paix mais malheureusement aucun important article de l’accord issu du ‎dialogue national ni aucun article de l’accord de paix et de contribution ‎n’ont été mis en vigueur », a déclaré Mohammad Al-Bakhiti. « Le Yémen ‎et son peuple sont la cible d’un complot qui vise non seulement ce pays ‎mais aussi le Moyen-Orient», a déclaré le leader du mouvement ‎d’Ansarullah.‎
Parlant à l’antenne de la chaîne satellitaire Al-Massireh, le leader du ‎mouvement d’Ansarullah, Abdelmalek Al-Houthi, a déclaré que le ‎scénario de la division du Yémen en six Etats représentait plutôt un ‎complot visant démembrer le pays. « Soutenu par les pays du littoral du ‎golfe Persique, le gouvernement yéménite s’enlise dans la corruption et ‎dans le despotisme. Si le président Mansour Hadi avait adopté une ‎approche sérieuse et responsable face à l’accord de paix, les structures ‎sécuritaires du Yémen auraient connu une évolution très importante », a ‎déclaré Abdelmalek Al-Houthi. Selon le leader des Houthis, les ‎Yéménites doivent rester vigilants plus que jamais face à des dangers et ‎des défis auxquels ils font face. Dans le même temps, les agissements ‎suspects se voient de la part des Etats-Unis dans la conjoncture où le ‎Yémen s’enlise dans la crise. L’armée US a acheminé mardi deux navires ‎de guerre vers les eaux territoriales du Yémen dans la mer Rouge. Selon ‎la chaîne d’Informations CNN, les responsables américains ont annoncé ‎avoir envoyé deux navires de guerre de type USS Iwo Jima et USS Fort ‎McHenry vers la mer Rouge dans l’objectif d’évacuer les ressortissants ‎américains en cas de l’escalade de la crise. En parallèle, l’administration ‎américaine a annoncé que l’ambassade de ce pays à Sanaa ne serait pas ‎bientôt évacuée. Les évolutions en cours au Yémen ont vivement ‎préoccupé les dirigeants des Nations unies. Le porte-parole du secrétaire ‎général de l’ONU, Stephen Dujarric, a fait part de l’envoi de Jamal Ben ‎Omar, émissaire spécial de l’ONU, au Yémen. ‎


J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-01-24 13:52:34 | Catégorie: Politique | Visites: 443 | J’aime: 0