Mercredi 20 Mars 2019
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

Un Irak démembré, voilà la nouvelle stratégie d’Israël ! ‎

SAHARTV- La revue « Forces armées US » en 2006 et « The Atlantic » ‎en 2008 ont publié des cartes sous lesquelles étaient libellées « Plan ‎Yinon ». Outre le démembrement de l’Irak, « le Plan Yinon » comprend ‎la division du Liban, de l’Egypte et de la Syrie. Le régime sioniste ‎croyant en le territoire utopique du « Nil à l’Euphrate », accorde de ‎l’importance à l’Irak, car celui-ci fait partie de ce territoire chimérique. ‎L’apparition de Daech en Irak et le rôle explicite et implicite d’Israël dans ‎ces évolutions méritent réflexion. Pour cela il faut se pencher sur deux ‎plans proposés par le régime sioniste « Plan Yinon » et « Clean Break », ‎constituant la nouvelle approche israélienne envers l’Irak et ses ‎évolutions. Le démembrement des grands gouvernements arabes de l’Asie ‎de l’ouest et de l’Afrique du Nord, est le plan suivi, depuis longtemps, ‎par le régime sioniste qui cherche à réaliser, par son application, le rêve ‎‎« du grand gouvernement israélien » du Nil à l’Euphrate.

Le Plan Yinon a ‎été évoqué en février 1982, par Oded Yinon. Ledit plan publié par la ‎revue officielle de l’Organisation du Sionisme international « Kivunim », ‎est connu sous le nom du « Plan Kivunim ». Il s’inscrit dans la prolongée ‎des plans colonialistes de la Grande-Bretagne au Moyen-Orient dont le ‎Plan de Bernard Louis, l’historien sioniste.  Le plan de Bernard Louis ‎proposait le démembrement du Moyen-Orient à plus de 30 ‎gouvernements laïcs et religieux pour soutenir les intérêts américains et ‎israéliens. En vertu dudit plan, l’Irak sera divisé en 3 gouvernements, ‎l’Iran en 4, la Syrie en 3, la Jordanie en 2, le Liban en 5 et l’Arabie en ‎plusieurs gouvernements.  Israël poursuit son propre projet de ‎balkanisation de la région. Historiquement, Israël a toujours œuvré pour ‎le démembrement des pays voisins. « Plan Yinon » est un plan israélien ‎pour le Moyen-Orient et un plan stratégique pour garantir la supériorité ‎régionale d’Israël. L’intervention militaire des Etats-Unis en Irak, la ‎guerre de 2006 au Liban, la guerre de 2011 en Libye, l’actuelle crise ‎syrienne, le changement constant de régime en Egypte et finalement la ‎présence de Daech en Irak, font partie des articles de ce plan. Le Plan ‎Yinon cherche à affaiblir et à détruire, au fur et à mesure, les ‎gouvernements arabes voisins des territoires occupés palestiniens. ‎L’expansionnisme du régime sioniste ne s’est pas contenté du Plan ‎Yinon. L’entité sioniste a présenté de nouveaux plans complémentaires ‎pour le démembrement des gouvernements arabes. A présent, « Clean ‎Break » est un nouveau plan en application au Moyen-Orient. Richard ‎Perle, le membre du Pentagone à l’époque de la présidence de Ronald ‎Reagan et le conseiller militaire de Georges W. Bush, accompagnés par ‎des experts, a rédigé ce plan en 1996. Ce plan a été présenté au Premier ‎ministre israélien de l’époque Benyamin Netanyahu, en tant que nouvelle ‎stratégie israélienne en 2000. Les plans Yinon et Clean Break sont ‎entièrement conformes aux évolutions actuelles en Irak et à la progression ‎de Daech. En Israël, l’Irak est considéré comme l’une des plus grandes ‎menaces stratégiques et de l’avis de certains experts, la guerre de 8 ans ‎imposée par l’Irak à l’Iran, s’inscrivait dans la stratégie du régime de Tel-‎Aviv et que l’entité sioniste et les Etats-Unis étaient les investisseurs de ‎cette guerre. Cependant après la fin de cette guerre, les Etats-Unis et Israël ‎cherchaient à jouer un nouveau rôle en Irak. Après la chute du régime de ‎Saddam en Irak, le régime sioniste a lancé sa stratégie de balkanisation du ‎Moyen-Orient et donc le démembrement de l’Irak. Tel-Aviv envisage de ‎diviser l’Irak en trois gouvernements kurde, chiite et sunnite. En vertu de ‎ce plan, Bagdad se situera aux frontières des deux gouvernements sunnite ‎et chiite. La fédéralisation de l’Irak favorisera l’influence grandissante ‎d’Israël dans la région. Les gouvernements émergents n’auront, ‎certainement, pas des positions indépendantes pour bénéficier du soutien ‎international. Le gouvernement du Kurdistan irakien ou le gouvernement ‎sunnite, se transformeront en arène d’Israël et de ses services ‎d’espionnage. Ceci étant dit, le démembrement de l’Irak représenterait ‎une menace sécuritaire pour l’Iran. ‎


J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-02-16 13:33:41 | Catégorie: Article∕commentaire | Visites: 1418 | J’aime: 1

can't open file