Vendredi 20 Octobre 2017
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

Riyad critiqué pour la violation des libertés

IRIB- L’intensification de la répression des citoyens et de la violation de leurs libertés suscite la réaction des organisations de la défense des droits de l’Homme et des libertés, même dans les pays occidentaux qui gardent souvent le silence envers la répression des citoyens en Arabie saoudite. Les gouvernements et les ONG occidentaux restent souvent silencieux envers la violation des droits de l’Homme et des libertés en Arabie saoudite, mais cette fois-ci l’intensification de la répression s'est avérée si grave qu’ils se sentent obligés de prendre position contre le régime dictatorial de Riyad.
Le directeur exécutif de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Joe Stork, a publié un communiqué dans lequel il a demandé au roi d’Arabie Salmane ben Abdelaziz de mettre fin à la répression des militants politique et de libérer les prisonniers qui ont été arrêtés et condamnés pour leurs pensées et croyances politiques.
Le texte a fait allusion à l’arrestation d’un écrivain et militant politique, dans le cadre de l’intensification de la répression des citoyens en Arabie saoudite. Zahir Kotobi, un écrivain et personnalité médiatique, a été arrêté par les forces de l’ordre saoudienne, après ses propos lors d’une émission télévisée pendant laquelle il a demandé au gouvernement de Riyad d’appliquer des réformes politiques.
Human Rights Watch a demandé au gouvernement saoudien de libérer immédiatement Zahir Kotobi ou de l’inculper officiellement pour mettre fin à son emprisonnement illégal.
Dans une interview télévisée, Kotobi avait plaidé pour l’établissement une monarchie constitutionnelle en Arabie saoudite et avait demandé aussi la fin de la répression des militants politiques et religieux.
Des milliers de militants politiques et de défenseurs des droits civiques et des droits de l’Homme croupissent dans la prison depuis de longues années, et nombreux de ces prisonniers n’ont jamais été inculpés officiellement. Les organisations de défense des droits de l’Homme dont Amnesty International ont demandé la libération de ces militants et expriment souvent leur préoccupation de la pratique de la torture dans les geôles du rétime saoudien.
Les mesures prises par le gouvernement saoudien pour restreindre l'espace politique et social en Arabie dévoilent plus que jamais la vraie nature de ce régime dictatorial.
Dans le système politique archaïque de l’Arabie saoudite, aucune place n’a été définie pour le peuple dans la vie politique, et en l’absence d’une véritable institution législative, le peuple est privé de toute participation à la politique.
Les élections, les partis politiques et la liberté d’expression et de la presse, qui sont les symboles de la démocratie, étaient et sont toujours les grands absents dans le royaume saoudien.
Mais les citoyens ne resteront pas longtemps patients. Depuis 2011, des voix s’élèvent dans la société saoudienne pour protester contre les politiques répressives du régime de Riyad.
Dans ce contexte, au lieu d’écouter le peuple, le régime saoudien intensifie la répression de ces citoyens et renforce les piliers de sa tyrannie.

J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-08-13 09:40:39 | Catégorie: Article∕commentaire | Visites: 267 | J’aime: 0

can't open file