Mardi 22 Août 2017
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

La Grèce occupée par le projet du 3e plan d'aide

IRIB- Les responsables du gouvernement grec ont rédigé l'avant-texte du troisième plan d'aide, selon les négociations effectuées avec la Troïka. Les discussions ont été alors lancées sur l'affaire. Les négociateurs des deux camps notent des « progrès » et un « bon climat » dans les discussions. Athènes souhaite conclure pour bénéficier d'une première tranche d'aide avant le 20 août.
A en croire les commentaires des participants des deux côtés, les chances seraient élevées qu'un accord soit scellé dès cette semaine soit largement avant le 20 août, date à laquelle Athènes doit rembourser 3,4 milliards d'euros à la Banque centrale européenne (BCE).
Les ministres grecs des Finances et de l'Economie, principaux négociateurs du camp grec ont à nouveau retrouvé dimanche le « quartet » des créanciers (FMI, Commission européenne, BCE, MES) pour faire tomber les derniers obstacles au compromis final qui permettrait de débloquer une première tranche d'un prêt sur trois ans de 82 milliards d'euros.
Un bon nombre de points auraient déjà fait l'objet d'un accord ou quasi-accord, notamment la réforme des retraites et le fonctionnement du fonds de privatisation. Le gouvernement Tsípras semble avoir cédé sur le fait qu'aucun autre texte de loi ne devrait être imposé à la Grèce avant l'accord final, deux paquets de réformes ayant déjà été votés par le parlement grec, les 15 et 22 juillet dernier. Apparemment, il y aura de nouvelles « mesures préalables » soumises aux députés avant le déboursement de la première tranche. C'était l'une des conditions posée par le FMI pour sa nouvelle participation au renflouement de la Grèce, en plus d'un l'allégement substantiel de la dette. L'accord sur les privatisations serait en revanche moins contraignant que redouté, assure-t-on à Athènes.
Si la Grèce et ses créanciers trouvent un accord dans les jours qui viennent, il faudra alors que les ministres de la zone euro l'avalisent, que le parlement grec s'exécute et qu'une poignée de parlements nationaux donnent, à leur tour, leur feu vert. Resté silencieux ces derniers jours, le gouvernement allemand ne semble cependant pas pressé de conclure un nouveau bail de trois ans avec la Grèce. Quant au gouvernement finlandais, qui abrite désormais le parti populiste des "Vrais Finlandais", il pourrait carrément s'exclure du plan d'aide à la Grèce, convaincu que « le Grexit reste l'option la plus plausible », selon le ministre des Affaires étrangères, Timo Soini.

J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-08-10 10:03:28 | Catégorie: Article∕commentaire | Visites: 188 | J’aime: 0

can't open file