Lundi 11 Décembre 2017
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

La décision de Suisse, un autre pas franchi par l’Europe vers la levée des sanctions contre l’Iran

IRIB- Les médias d’information ont fait part de la décision de la Suisse de lever les sanctions contre l’Iran. Tenant compte du processus de finalisation de l’accord nucléaire entre l’Iran et les 5+1 qui constituent un tournant dans le litige nucléaire de 12 ans, le Conseil fédéral de la Suisse a décidé le 12 aout de lever les sanctions contre l’Iran, des sanctions suspendues depuis Janvier 2014.

Les sanctions portant sur la transaction des métaux précieux avec les instances gouvernementales iraniennes, le transfert du brut et des produits pétroliers et les mesures concernant l’assurance de ces transactions ont été levées, selon un communiqué émis. Ce pas a été franchi alors que certains congressistes américains avaient évoqué la question de la prolongation de 10 ans de la loi des sanctions contre l’Iran, dans le but d’entraver la mise en œuvre de l’accord avec l’Iran. Mark Kirk et le démocrate Robert Menendez, 2 principaux opposant à l’accord nucléaire avec l’Iran, s’acharnent sur la prolongation de 10 ans jusqu’en 20126 de la loi des sanctions qui expira, en 2016, constituant, selon eux, un message clair et sérieux à l’Iran que les sanctions sont réversibles. Et ce alors que John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, a déclaré, lors d’une réunion avec les congressistes que s’ils rejettent l’accord nucléaire avec l’Iran, les Etats-Unis ne seront plus capable d’empêcher les échanges commerciaux des alliés de Washington avec Téhéran. La réalité est que les sanctions internationales, imposées sous la houlette des Etats-Unis, ne seront plus efficaces. Lors de toutes les étapes des négociations et de ses tractations diplomatiques, l’Occident a essayé de maintenir intacte le régime de sanctions contre l’Iran et de les suspendre au lieu de les lever cependant la conclusion des négociationsnucléaires de Vienne a été différente que les prévisions. A la suite de la conclusion de ces négociations, le Conseil de sécurité des Nations Unies a émis une résolution en confirmation de l’accord nucléaire entre l’Iran et les 5+1, annulant toutes les précédentes résolutions émises à l’encontre de l’Iran. La nouvelle résolution a bouleversé le fondement des sanctions américaines et de l’UE qui avaient été émané des précédentes résolutions pour briser ainsi le pilier des sanctions. La conclusion obtenue, à Vienne, a accéléré les tendances à annuler rapidement les sanctions relatives au nucléaire de l’Iran et amené les pays européens à lever de manière accélérée les obstacles économiques, financiers et bancaires dus à ces sanctions. L'imposition de sanctions était une idée qui dès le début n’avait pas pris en compte certaines réalités se basant sur des suppositions et légendes irréelles. Une légende qui supposait que les alliés internationaux des Etats-Unis soutiendraient les sanctions contre l’Iran. « Les Etats-Unis étaient d’avis qu’ils pourraient continuer à contrôler le système monétaire du monde et que les règlements extrafrontaliers des sanctions avaient créé un barrage solide conduisant à l’isolement économique. », a écrit récemment dans un article le bulletin des savants atomiques des Etats-Unis. Les sanctions américaines et européennes sont devenues aujourd’hui inefficaces face à un pays qui détient de grandes potentialités économiques dont dans le secteur de l’énergie et du commerce tandis que de nombreuses compagnies occidentales ont déjà entamé la rivalité pour être présentes en Iran.

J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-08-13 20:14:15 | Catégorie: Article∕commentaire | Visites: 311 | J’aime: 0

can't open file