Samedi 24 Juin 2017
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

L’Arabie répète les prises de position du régime sioniste envers l’accord nucléaire avec l’Iran

IRIB- L’Arabie est, manifestement, mécontente de l’accord nucléaire entre l’Iran et les 5+1. Dans certains milieux, ce pays avance certaines allégations qui sont, en effet, la répétition des prises de position du régime sioniste. «Le refus de l’Iran de donner l’accès des sites militaires aux inspecteurs de l’Agence internationale de l’Energie atomique, (AIEA), met, clairement, en exergue que ce pays a l’intention de se doter d’une bombe atomique», a prétendu Adel al-Jubeir, le ministre saoudien des Affaires étrangères, lors de sa récente visite, en Allemagne, à l’occasion d’une conférence de presse conjointe avec son homologue allemand, Franck Steinmeier.

«Il est regrettable que les déclarations du ministre des Affaires étrangères d’un pays islamique et voisin, concernant l’accord nucléaire de Vienne, soit la répétition des prises de position du régime sioniste», a affirmé la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, en réaction aux allégations fallacieuses et irrationnelles d’Adel al-Jubeir.

«Lorsqu’un haut représentant d’un gouvernement, dans la région, manifeste une telle animosité, à l'encontre d'un règlement politique des problèmes, aussi bien, sur la scène régionale, qu’internationale, il a, indubitablement, opté pour une existence pleine de difficultés et de crises», a précisé Marzieh Afkham, la Porte-parole de la diplomatie iranienne.

Sans l’ombre d’un doute, l’accord nucléaire entre l’Iran et les 5+1 n’est pas une bonne nouvelle, pour ceux qui cherchent des prétextes, dans le but déclencher une crise, dans la région, car l’accord signifie que l’Occident a abandonné toutes ses allégations contre l’Iran, de même qu'il a reconnu à l’Iran le droit à l’enrichissement d’uranium, qui constitue une fierté nationale pour ce pays.

Certes, l’Arabie considère, avec réticence, cet événement important, comme le signe de la puissance croissante de l’Iran, cependant, cette autorité ne constituera jamais une menace ou une rivalité nucléaire, dans la région, comme les autorités de Riyad s'efforcent de la présenter.

La première réaction de l’Arabie à la conclusion des négociations nucléaires entre l’Iran et les 5+1, à Vienne, témoigne de cette interprétation.

Et ce, alors qu’en 2006, l’Arabie a annoncé son intention de vouloir se doter d’une programme nucléaire, et depuis lors, a mis à son agenda l’utilisation de la technologie nucléaire, dans le but de parvenir à ses objectifs.

Selon certaines sources, Riyad a annoncé un grand projet de plus de 100 milliards de dollars, et, dans ce droit fil, a signé des contrats de coopérations avec plusieurs pays, dont la Russie, l’Argentine, la Chine, la Corée du Sud et la Françe.

Cette revendication est naturelle, mais en faire une interprétation inverse, dans le but de remettre en question l’enrichissement d’uranium, en Iran, est une erreur stratégique que l’on constate dans les déclarations du ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir.
Ces pensées proviennent, en effet, des insinuations empoisonnées du régime sioniste, qui cherche à faire croire que l’accord nucléaire avec l’Iran aura des impacts négatifs, sur la stabilité de la région.




J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-08-13 11:29:20 | Catégorie: Iran | Visites: 341 | J’aime: 0

can't open file