Vendredi 20 Octobre 2017
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

L’alimentation forcée des prisonniers palestiniens ou une autre méthode de torture

IRIB-La loi de l'alimentation forcée des détenus palestiniens, adoptée par le régime sioniste a suscité une levée de bouclier chez les instances de défense des droits de l’Homme, qui ont dénoncé haut et fort cet acte inhumain. Le bureau des droits de l’Homme des Nations Unies, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le bureau du Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, ont annoncé dans un communiqué conjoint, que la loi autorisant l’alimentation forcée des détenus palestiniens, avait préoccupé tous les militants pour la défense des droits des Palestiniens dans les territoires occupés. Ces organisations, tout en insistant sur l’impératif d’améliorer les conditions juridiques des prisonniers palestiniens, exigent leur libération immédiate des geôles du régime sioniste. La loi autorisant l’alimentation forcée des détenus palestiniens a été adoptée par la cour suprême d’Israël, à la demande du cabinet de Benyamin Netanyahu et l’organisation des prisons israéliennes. Ladite loi, définie comme étant un acte de torture, met en danger la santé des prisonniers palestiniens croupissant dans les geôles du régime sioniste. Les prisonniers grévistes de la faim qui protestent contre leurs conditions carcérales ô combien déplorables, sont torturés par l’alimentation forcée.
Pour les Nations unies, la grève de la faim est une forme non violente de protestation qui peut être utilisée comme dernier recours pour protester contre les conditions de détention des prisonniers. Mais le régime israélien n’accorde même pas le droit à la grève de la faim aux prisonniers palestiniens. Les autorités du régime sioniste ont recours, récemment, à l’alimentation forcée des prisonniers, en vue d’empêcher les répercussions mondiales de ces grèves qui menacent la vie des prisonniers, d’autant plus qu'un certain nombre des grévistes sont déjà morts. Au cours de cette dernière décennie, des milliers de Palestiniens ont fait la grève de la faim afin de faire entendre leur voix au monde entier. Les prisons du régime sioniste sont dépourvues d’équipements sanitaires et hygiéniques, elles manquent de la lumière, de l’air frais et du climat favorable, ce qui a causé chez les prisonniers d’innombrables problèmes physiques et psychiques. L’alimentation des prisonniers n’est pas convenable et en cas de maladies, le manque de médicaments et d’équipements médicaux fait plus de pression sur les prisonniers. En outre, la torture des Palestiniens et leur emprisonnement prolongé dans des cellules non-standard les conduisent vers une mort à petit feu. C’est pourquoi, la grève de la faim est pour les prisonniers palestiniens, l'unique moyen pour protester contre ces conditions carcérales et aussi pour réhabiliter leurs droits. A présent, cela fait six jours que 120 prisonniers palestiniens ont entamé la grève de la faim dans la prison israélienne de Nafha, et selon le club des prisonniers palestiniens, ces détenus sont en grève de la faim, en protestation contre les conditions inhumaines des geôles du régime sioniste.

J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-08-10 08:58:49 | Catégorie: Article∕commentaire | Visites: 208 | J’aime: 0

can't open file