Lundi 11 Décembre 2017
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

Damas et Amman prônent le règlement négocié de la crise syrienne

IRIB- « La porte de sortie de la crise syrienne passe uniquement par une issu politique », a affirmé le Premier ministre libanais Tammam Salam. « Le Liban a toujours déclaré que la voie politique est la meilleure solution à la crise syrienne, qu’elle est le garant de la sécurité et de la stabilité en Syrie et qu’elle favorise le rapatriment des millions de déplacés syriens, qui se trouvent actuellement au Liban, en Jordanie, en Turquie et en d'autres endroits dans le monde », a réitéré mercredi à Amman, la capitale jordanienne, le Premier minsitre libanais Tammam Salam, à l’issu de sa rencontre avec son homologue jordanien Abdallah al-Nassour.

« La crise syrienne représentent non seulement un danger pour le Liban et la Jordanie mais encore pour toute la région et le monde », a ajouté Tammam Salam.

« La Jordanie demande une solution politique et pacifique à la crise syrienne », a, pour sa part, affirmé le Premier ministre jordanien Al-Nassour.
Al-Nassour a prétendu que la Jordanie n’est pas impliquée dans les évolutions syriennes et qu’il ne cherche aucunement à établir des relations avec des groupes à l’intérieur de la Syrie et y exercer une influence.

Ces déclarations interviennent alors qu’auparavant, le ministère syrien des Affaires étrangères avait affirmé, dans une lettre à l’adresse du Secrétaire général des Nations Unies et du Président du Conseil de sécurité, que la prétention d’Amman comme quoi il apporterait son soutien à la solution politique à la crise syrienne n’est pas du tout compatible avec sa conduite d'autant plus que le soutien appuyé de la Jordanie aux groupes terroristes a aggravé la souffrance et les problèmes des Syriens.


J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-08-14 16:58:59 | Catégorie: Moyen-Orient | Visites: 357 | J’aime: 0

can't open file