Jeudi 16 Août 2018
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

Les négociations de Genève, une opportunité pour régler les différends

Les négociations de Genève, une opportunité pour régler les différends
Dans la foulée du nouveau tour de négociations nucléaires entre l’Iran et ‎les 5+1, les délégations iranienne et américaine ont tenu, vendredi, une ‎réunion conjointe, à Genève. ‎
Simultanément, le ministre iranien des Affaires étrangères a eu des ‎entretiens avec les autorités américaines et  européennes. Après les ‎négociations de mercredi, à Genève, les ministres iranien et américain des ‎Affaires étrangères se sont entretenus, vendredi. Mohammad-Javad Zarif, ‎le ministre iranien des Affaires étrangères, a, également, rencontré,  hier, à ‎Paris, son homologue français, Laurent Fabius. Ces rencontres ‎interviennent, dans les capitales européennes, alors que les négociations ‎entre Téhéran et les 5+1 doivent reprendre, officiellement, dimanche, à ‎Genève. Ces  négociations, ayant pour objectif l’acquisition d’un accord ‎sur le programme nucléaire de l’Iran, se tiendront, avant le mois de juillet. ‎La levée totale des sanctions, l’enrichissement de l’uranium et les ‎activités y relatives, ainsi que la question de la supervision, seront, ‎simultanément, débattus, à l’occasion de ces négociations. A distance, à ‎Washington, Barack Obama, le Président américain a, une nouvelle fois, ‎réitéré, vendredi, lors d’une conférence de presse, vouloir apposer son ‎veto à tout plan prévoyant de nouvelles sanctions contre Téhéran. Une ‎partie des Congressistes envisage deux options : la première est d’adopter ‎une loi contraignant Obama à passer par le Congrès pour tout accord ‎nucléaire. La deuxième option, présentée par le Démocrate, Robert ‎Mendez, et le Républicain, Mark Kirk, prévoit l’adoption d’un plan ‎prévoyant, automatiquement, des sanctions, à une date prévue, en cas de ‎‎ non-acquisition de l’accord final.‎
L’Iran et les 5+1 ont, déjà, passé 2 prolongations de négociations, pour ‎parvenir à un accord global, dont le dernier a expiré, le 24 novembre, ‎sans, cependant, y parvenir. Actuellement, ces négociations sont entrées, ‎dans le cadre de la prolongation de 7 mois, jusqu’au premier juillet, dans ‎une nouvelle étape. A présent, Barack Obama a demandé aux ‎Congressistes d’attendre quelques mois, pour  savoir si on peut résoudre ‎cette question, via le dialogue. Cependant, il a réfuté  la possibilité de ‎l’imposition de  sanctions supplémentaires. Il a dit vouloir accentuer les ‎pressions sur l’Iran, en cas de l’absence d’un accord. Or, l’avenir des ‎négociations nucléaires ne dépend pas seulement des décisions ‎unilatérales des Etats-Unis, tout comme les responsables américains ‎tentent de suggérer car le défi le plus important auquel font face les Etats-‎Unis pour intensifier les sanctions anti-iraniennes est les ingérences qui ‎existent au sein du groupe 5+1. L’autre raison pour laquelle Barack ‎Obama ne veut pas faire une davantage de pression sur l’Iran serait celle-‎ci : « Il est sûr que l’Iran ne recule pas de ses positions de principe et de ‎ses lignes rouges dans le cadre de ses droits car l’Iran avait vécu des ‎conditions plus difficiles que cela ». En plus, Barack Obama préfère que ‎les négociations Iran/5+1 aboutissent à la conclusion d’un accord ‎nucléaire global avant même la fin de son mandat car la conclusion d’un ‎tel accord lui signifiera un grand succès et un atout dans sa politique ‎extérieure. Il est sûr et certain que l’Iran se montre sérieux dans ces ‎négociations et qu’il ne veut nullement entraver le processus des ‎discussions. Tout ce que la RII désire est que ses droits nucléaires soient ‎reconnus mais il ne faut pas oublier que l’enrichissement de l’uranium ‎fait aussi partie de ces droits, étant un principe pour l’accord préliminaire ‎de Genève. Ceci dit, l’acquisition d’un accord final dépend de la bonne ‎volonté de l’Occident dans les discussions nucléaires. ‎
 

‎ ‎
‎ ‎
 


J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-01-19 15:59:40 | Catégorie: Politique | Visites: 411 | J’aime: 0