Mardi 22 Janvier 2019
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

La puissance militaire iranienne 36 ans après…‎

Sahar tv- La victoire de la Révolution islamique a ouvert un nouveau chapitre dans ce qui est devenu depuis, ‎le face à face constant opposant l'Iran aux  puissances maximalistes.

Cette confrontation, loin ‎d'être inattendue ou imprévisible, a porté au grand jour la vraie nature de l'ordre hégémonique ‎que président les Etats Unis. La Révolution iranienne a marqué un tournant dans l'histoire des ‎peuples victimes de la tyrannie, ceux qui refusent de renoncer à leur indépendance et qui sont ‎prêts d'en payer le prix. Le grand événement qui se produisit en février 79  en Iran, a mis à  la porte  ‎les Etats impérialistes, fait qui n'a jamais pu être admis ni toléré par les Etats Unis d'Amérique. ‎Brezinski , célèbre architecte de la diplomatie américaine,  le reconnait d'ailleurs, lui, qui a consacré ‎une grande partie de son œuvre à l'analyse du phénomène révolutionnaire en Iran :"la situation ‎géostratégique de l'Iran revêt une si  grande importance aux yeux de l'Occident que les Etats Unis ‎se devront de tout faire pour ne pas perdre ce pays, fût-ce au prix de déclencher une intervention ‎militaire". Cette approche se traduisit dès le lendemain de la victoire de la Révolution islamique par ‎des complots, des plans, des conspirations que les Américains n'ont cessés de tramer et auxquels ‎les Sionistes ont pris part avec, et ce,  dans le stricte objectif de mettre au pas l'Iran. Via un accord ‎tacite, les puissances hégémoniques ont conjuré la perte de la Révolution iranienne, en poussant ‎dès 1980 , l'ex dictateur irakien Saddam à s'attaquer militairement à l'Iran : cette guerre, les Etats ‎Unis y voyaient le meilleur moyen pour mettre fin au cauchemar que fut pour eux, un Iran ‎souverainiste et indépendant. Or les objectifs poursuivis par Saddam et tous les Etats qui l'ont ‎appuyé dans son entreprise folle, furent démasqués des années plus tard. Ce furent en effet , les ‎acteurs régionaux qui, visages masqués, tiraient les ficelles du régime baathiste et l'exhortaient à ‎prolonger la guerre et son cortège de crimes et d'exactions. Or la guerre de l'Irak  contre l'Iran fut ‎un réel fiasco, en dépit du large soutien logistique, financier, politique apportés par les grandes ‎puissances et leurs alliés régionaux au régime de Saddam. Cet échec a contraint les Américains à ‎changer leur fusil d'épaule et à opter pour une stratégie d'endiguement multidimensionnel contre ‎l'Iran, stratégie qui reste, à leurs yeux, plus efficace qu'une confrontation militaire directe. C'est de ‎cette époque que date la prolifération des bases militaires, navales, terrestres, aériennes non loin ‎des frontières iraniennes et sur le sol des pays voisins, la vente de quantités pharamineuses ‎d'armes et de munitions aux pays arabes du golfe Persique ou encore des défis sécuritaires lancés ‎à la RII. Dans la foulée du 11 septembre, la stratégie anti iranienne des Etats Unis et de l'Otan a ‎consisté à installer des boucliers anti missiles près des frontières iraniennes ou encore à vendre ‎des milliards de dollars d'armements aux voisins arabes de l'Iran et à créer par tous les moyens ‎possibles et imaginables des tensions à l'échelle de la région. Cette stratégie d'endiguement s'est ‎mêlée par la suite  au projet d'Iranophobie dans un tout qui vise à  priver l'Iran de cet atout de ‎choix dont il jouit, à savoir la stabilité. Mais Cette stratégie a-t-il été un succès?  Rien n'est moins ‎sûr : la RII bénéficie, ainsi que le reconnaissent ses ennemis, de vastes capacités défensives et ‎cette caractéristique lui assure une place de choix dans les équations qui régissent les rapports de ‎forces dans la région . Tout en appelant les pays de la région à une coopération sécuritaire ‎continue, l'Iran se tient prêt à faire face à toutes menaces, quelle qu'il en soit la portée. A ‎l'Assemblée générale de l'ONU, le président Rohani n'a d'ailleurs pas dit autre chose, lui, qui tout ‎en expliquant l'approche défensive iranienne, a affirmé que son pays se comporte avec un grand ‎sens de responsabilité, chaque fois que la sécurité régionale et internationale est en jeu.  Rohani a ‎aussi fait part de la disponibilité de l'Iran à mener des coopérations multipartites avec d'autres ‎acteurs régionaux. 36 ans après la victoire de la RI en Iran et sur fond des documents déclassifiés ‎de la CIA lesquels confirment la masse des complots contre l'Etat iranien, ce dernier a prouvé qu'il ‎est plus fort, plus résistant que jamais. Dans l'autre camp, les ennemis de la Révolution islamique ‎ne cessent d'innover , et leurs menaces prennent chaque jour de nouvelles formes : la guerre ‎douce en est une . En cette année 2015, la stratégie anti iranienne de la Maison Blanche consiste à ‎défier la puissance militaire iranienne, et surtout sa puissance balistique, via le recours aux ‎sanctions, à la menace et à la guerre psychologique. Les Etats Unis cherchent à faire croire à une ‎supposée dimension militaire des activités nucléaires iraniennes alors que l'arme nucléaire n'a ‎aucune place dans la doctrine militaire de la RI. Elle va même à rebours des convictions religieuses ‎des Iraniens . Quant à l'Iran, il a accordé une place de choix au "soft war" dans sa stratégie de ‎défense.  Cette stratégie revêt de l'aveux des experts américains de multiples dimensions : en cas ‎d'attaque américaine ou israélienne, l'Iran saura donc infliger une riposte inattendue à l'agresseur. ‎En ce sens, le dialogue qu'ont amorcé les Etats Unis avec l'Iran  n'a d'autre raison que ce fait-ci : ‎face à un Iran militairement capable de se défendre et de résister à toutes les pressions, les Etats ‎Unis n'ont pas eu d'autre choix que de négocier. La place géostratégique de l'Iran ne permet pas ‎aux Etats Unis de passer avec indifférence aux côtés des capacités défensives croissantes ‎iraniennes. Les Etats Unis ne changeront donc pas ce qui a constitué une constante de leur ‎politique  : affronter l'Iran du mieux qu'ils le pourront….      ‎

voir la video: La puissance militaire iranienne 36 ans après…‎


J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-02-09 12:12:39 | Catégorie: Politique | Visites: 1408 | J’aime: 1