Mardi 23 Janvier 2018
Mise À Jour: Samedi 15 Août
Taille de la police:  

Accord nucléaire: Washington veut équilibrer ses politiques envers Israël

Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, s’est rendu en Palestine occupée afin d’y parler avec Benjamin Netanyahou des derniers résultats des négociations nucléaires Iran/5+1 et les soi-disant préoccupations du régime sioniste. Ashton Carter est le premier responsable d’Etat américain qui rencontre les responsables israéliens après la publication du document de Vienne. Ashton Carter a dit vouloir rencontrer les responsables israéliens non pour les convaincre de changer d’avis mais pour atténuer les tensions politiques. Certains milieux d’informations qualifient de difficile la mission d’Ashton Carter en Palestine occupée car Washington et Tel-Aviv ne partagent pas le même avis sur le fait que si un accord nucléaire avec l’Iran garantira la sécurité d’Israël, des Etats-Unis et de leurs alliés. Simultanément à la visite d’Ashton Carter en Palestine occupée, le journal Times, appartenant au régime sioniste, a écrit : « Les Etats-Unis envisagent d’offrir une cargaison des armements sophistiqués au régime sioniste en échange de la signature d’un accord nucléaire avec l’Iran afin de réduire les préoccupations des responsables israéliens ». L’une des astuces desquelles profite le régime sioniste est qu’il tente de faire croire que le programme nucléaire iranien représenterait une menace pour la sécurité d’Israël et cela afin de contraindre les autorités américaines et l’Union européenne de lui accorder des aides militaires. Dans le même temps, le projet de l’iranophobie fait partie de la stratégie conjointe des Etats-Unis et du régime sioniste. La nature des divergences entre les Etats-Unis et Israël concernant l’accord nucléaire avec l’Iran ne fait pas vraiment preuve d’un changement sérieux dans les relations stratégiques Washington/Tel-Aviv mais il s’agit plutôt d’une agression à la manière douce qui se poursuit simultanément par le lobby sioniste aux Etats-Unis et en Palestine occupée, une agression à plusieurs couches qui a ses propres complications. En réalité, ce qui importe le plus pour les Etats-Unis, c’est de maintenir l’équilibre dans leurs relations stratégiques avec Tel-Aviv. Cela dit, le lobby sioniste joue un rôle très important au Congrès des Etats-Unis dans l’adoption des résolutions anti-iraniennes, les résolutions qui ont tous pour objectif de garantir les intérêts du régime sioniste. A titre d’exemple, la résolution numérotée 548, adoptée le 9 juin 2010, réserve ouvertement au régime sioniste le droit d’agir face aux menaces étrangères dont et surtout les menaces des missiles à longue portée conformément au principe de l’autodéfense.
Par ailleurs, les Etats-Unis et le régime sioniste tentent de faire croire que l’Iran représenterait une menace sérieuse pour la région et la planète pour qu’ils puissent justifier ainsi la présence continue des forces US dans la région et la vente des armements et des équipements militaires à certains pays de la région. D’où la prochaine visite d’Ashton Carter en Arabie Saoudite. Israël, le seul détenteur d’arsenal nucléaire au Moyen-Orient, reçoit, annuellement, presque trois milliards de dollars d’aides militaires en provenance des Etats-Unis. Il est bien probable que la somme des aides militaires américaines destinées au régime sioniste augmente, d’une manière signifiante, après la conclusion d’un accord nucléaire avec l’Iran. Il faut appeler les Etats-Unis et le régime sioniste à accorder une attention toute particulière à cette partie du discours du Guide suprême de la Révolution islamique à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr : « L’accord nucléaire n’affectera pas la politique de l’Iran face à ses alliés dont la Syrie, l’Irak, Bahreïn, le Yémen, le Liban et la Palestine ».


J'aime - 
Commenter - 
Partage - 
E-mail - 
Enregistrer au PDF - 
imprimer
Dates : 2015-07-26 17:47:39 | Catégorie: Politique | Visites: 294 | J’aime: 0